Des extraits de brocoli pour lutter contre le cancer – Article Sciences et avenir

 ©satit srihin

Des extraits de brocoli pour lutter contre le cancer – Article Sciences et avenir du 23/04/2015

Dans les cancers de la bouche, de la tête et du cou, des chercheurs évaluent le potentiel protecteur d’extraits de pousses de brocoli. Les premiers résultats se révèlent prometteurs.

Des essais en Chine avaient montré que les fortes concentration de sulforaphanes des légumes crucifères (brocoli, chou, cresson de jardin) permettaient d'atténuer les effets des carcinogènes environnementaux. © Mark Lennihan/AP/SIPA Des essais en Chine avaient montré que les fortes concentration de sulforaphanes des légumes crucifères (brocoli, chou, cresson de jardin) permettaient d’atténuer les effets des carcinogènes environnementaux. © Mark Lennihan/AP/SIPA

Des extraits de pousses de brocoli protègent contre les cancers oraux chez la souris, selon une étude menée par l’Institut universitaire de Pittsburgh Cancer (UPCI), en partenariat avec l’UPMC CancerCenter, et dont les résultats ont été présentés le 19 avril 2015 au Congrès annuel 2015 de l’American Association for Cancer Research (AACR) à Philadelphie.

Le sulforaphane, un composé protecteur

Des études antérieures, dont des essais à grande échelle en Chine, avaient montré que les fortes concentrations de sulforaphanes des légumes crucifères (comme le brocoli, le chou et le cresson de jardin) permettaient d’atténuer les effets des carcinogènes environnementaux.

C’est pourquoi les Dr Daniel Johnson et Julie Bauman ont décidé de tester le sulphoraphane en laboratoire. Les scientifiques ont donné du sulforaphane à des souris génétiquement prédisposées au cancer de la bouche. Résultat, l’incidence et le nombre de tumeurs ont été significativement réduits. “L’avantage évident de sulforaphane à prévenir le cancer oral chez la souris soulève l’espoir que ce composé bien toléré puisse également agir en prévention chez les humains qui font face à une exposition chronique à des polluants environnementaux et des substances cancérigènes“, commente le Dr Johnson.

Brocoli et cancers…
À noter que le sulforaphane jouerait également un rôle dans la prévention des cancers de l’estomac, du côlon et de la prostate. Le brocoli constitue en outre une source importante de β-carotène, pigment de la famille des caroténoïdes et bon antioxydant pour lutter contre le stress oxydatif des cellules. Attention toutefois pour les fumeurs, une étude épidémiologique a mis en évidence le risque augmenté de développement du cancer du poumon dans les populations de fumeurs dont le régime alimentaire est riche en β-carotène.

TOLÉRANCE. Par ailleurs, le Dr Bauman a donné à 10 volontaires (humains) en bonne santé du jus de fruits enrichi avec des extraits de pousses de brocoli, riches en sulforaphane. Les bénévoles n’ont pas eu d’effets indésirables et des changements, décrits comme “protecteurs”, ont été détectés dans la muqueuse de la bouche, ce qui signifie que le composé a été absorbé et dirigé vers les tissus à risque.

La green chemoprevention à l’honneur

Satisfaits de leurs résultats, les chercheurs prévoient un essai clinique humain, avec 40 participants déjà traités pour un cancer de la tête et du cou. L’objectif ? Voir si la prise régulière de capsules de poudre de germes de brocolis ont un impact sur l’incidence des récidives. “Les personnes guéries d’un cancer de la tête et du cou ont un risque très élevé de développer un deuxième cancer de la bouche ou de la gorge, et malheureusement, ces deuxièmes cancers sont généralement fatals”, a déclaré Julie Bauman. Si les capsules sont bien tolérées et efficaces, des essais cliniques plus larges pourraient alors être justifiés. “Nous appelons cela ‘green chemoprevention’ lorsque des extraits de semences simples ou de plantes sont utilisés pour de la prévention“, explique le Dr Bauman, également professeur agrégé à l’université de médecine de Pittsburgh. Pour elle, cela nécessite moins d’argent et de ressources qu’un produit pharmaceutique traditionnel “et pourrait être plus facilement diffusée dans les pays en développement où le cancer de la tête et du cou est un problème important“.

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.