Mal nourrir nos enfants amoindrit leurs facultés intellectuelles



La malbouffe : une fabrique à débiles ?

 

D’après une étude récente menée en Grande Bretagne sur 14 000 enfants nés en 1991 et 1992, il existerait un lien entre mauvaise alimentation et plus faible quotien intellectuel.

L’état de santé, l’état intellectuel et les modes de vie des enfants ont été scrutés  et étudiés entre l’âge de 3 et 8 ans. A l’âge de 8 ans, les enfants ont passé des tests de QI. A noter que l’étude a pris en compte le niveau d’éducation de la mère, sa classe sociale, le fait de vivre en HLM, l’habitude de lire du sujet ou celle de regarder la télévision pour pondérer ces critères. Les résultats ont été pondérés en fonction des critères d’origine sociale également.

Les résultats sont édifiants : les enfants ayant une alimentation riche en sucres et en graisses ont un QI inférieur de 5 points à celui des enfants ayant bénéficié d’un régime alimentaire équilibré. L’étude révèle que “les effets des habitudes alimentaires dans la petite enfance sur la compréhension et le comportement peuvent perdurer plus tard, même si le régime alimentaire a changé”

Il est en effet beaucoup plus facile de mal nourrir son enfant que de bien le nourrir. Bien nourrir son enfant coûte en temps, en efforts et en argent.

Sans commentaire….

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.